Actualite

Communiqué du Conseil d'Administration de la BCT du 30 avril 2014



Passant en revue les récentes évolutions de la conjoncture économique internationale, le Conseil a pris connaissance des dernières actualisations relatives aux taux de croissance annoncées par le Fonds monétaire international durant le mois courant et qui font état d’une poursuite de la reprise de l’activité économique, en cette année, notamment dans les pays industrialisés et ce à la faveur du maintien de politiques monétaires accommodantes visant la relance  de la croissance.

Lors de l’analyse des principales données économiques, monétaires et financières sur le plan national, le Conseil a noté  les évolutions positives enregistrées au niveau du secteur agricole, avec notamment une abondance de l’offre, surtout de certains produits sensibles; ce qui est de nature à en modérer l’évolution des prix. En revanche, le Conseil a observé les évolutions négatives ayant concerné les autres secteurs, en particulier la baisse de la production industrielle en décembre 2013 (-0,3% en glissement annuel) et le repli de la plupart des indicateurs avancés de l’activité dans le secteur en mars 2014 et ce, outre le fléchissement des principaux indicateurs du tourisme au cours du même mois (-0,4% pour les nuitées globales et -13,6% pour les entrées de touristes) parallèlement à la décélération du rythme de l’activité du transport aérien.

Concernant le secteur extérieur, le Conseil a constaté la poursuite de la détérioration du déficit courant durant le premier trimestre de l’année en cours, atteignent 2,7% du PIB contre 1,8% pour la même période de 2013, en relation avec l’élargissement sans précédent de la balance commerciale sous l’effet notamment des pressions liées aux importations de la balance énergétique et celle alimentaire qui accaparent, à elles-seules, 43% du déficit global. Cette évolution s’est traduite par un recul du niveau des avoirs nets en devises qui sont revenus à l’équivalent de 97 jours d’importation, en date du 29 avril courant, contre 102 jours à la même date de 2013.

Pour ce qui est de l’évolution de l’inflation, l’indice des prix à la consommation a connu, au mois de mars 2014, une détente de son rythme  revenant à 5%, en glissement annuel, contre 5,5% le mois précédent et 6,5% pour le même mois de l’an passé, sous l’effet de l’évolution modérée de l’inflation de base (hors prix des produits encadrés et frais) .

Au niveau des évolutions monétaires, le Conseil a noté la poursuite de l’accroissement des besoins en liquidités des banques durant le mois d’avril 2014, ce qui a eu pour effet de porter le volume des interventions de la Banque Centrale pour réguler le marché monétaire à environ 5.280 MDT en moyenne quotidienne, jusqu’au 28 du mois, contre 4.688 MDT au terme du mois de mars dernier. Le taux d’intérêt sur ce marché s’est par conséquent situé à 4,73%, durant la même période, contre 4,72% au mois de mars.

Concernant l’activité du secteur bancaire, le Conseil a signalé le ralentissement du rythme des dépôts au cours du premier trimestre de cette année (1,9% contre 2,6% un an plus tôt), en rapport avec la décélération de l’encours des comptes d’épargne et le repli des certificats de dépôt. Cette même évolution a concerné les concours à l’économie qui ont progressé de 1,1%, au cours de la même période, contre 1,9% une année auparavant, sous l’effet de la baisse des crédits à court terme et de la quasi-stagnation des crédits à moyen et long termes.

S’agissant des dernières évolutions sur le marché des changes, le Conseil a relevé la légère dépréciation de la valeur du dinar vis-à-vis des principales devises durant le mois courant tout en restant en hausse par rapport au début de l’année. Le taux de change du dinar a atteint, le 28 avril courant, 1,5965 dinar pour un dollar américain (+3,1%) et 2,2071 dinars pour un euro (+2,7%).

Eu égard à ces évolutions, le Conseil a réitéré sa préoccupation quant aux évolutions récentes enregistrées au niveau de la balance commerciale insistant sur l’impérative nécessité de mettre en place les mesures urgentes nécessaires pour contenir le dérapage du déficit commercial, lequel constitue désormais une menace pour l’équilibre du secteur extérieur. Il en appelle à la conjugaison des efforts de tous pour œuvrer à la rationalisation des importations par la fixation,   à cet effet, des priorités, d’une part, et à la relance des exportations à la faveur de meilleures perspectives de la demande extérieure, d’autre part, et a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale.

Egalement, le Conseil estime que le lancement des travaux préparatoires en vue de la tenue de la Conférence Economique Nationale constitue une occasion propice à la contribution effective de toutes les parties prenantes économiques, sociales et politiques pour œuvrer, de concert, à identifier les réponses urgentes  aux défis imminents auxquels fait face l’économie nationale et jeter les  bases d’un modèle de développement à la hauteur des aspirations économiques et sociales du pays.  

(Pour plus de données sur la conjoncture économique et financière, consulter le site web de la Banque Centrale de Tunisie www.bct.gov.tn).